3. Filiation et naissance

Filiation et naissance de nos ancêtres Marie et Emeri

Qui est Marie Carreau?

Née en Nouvelle-France, notre ancêtre est canadienne-française. Son père, Louis Carreau, est le fils du bourgeois André Carreau et de Jacquette Caussade, de Bordeaux, province de Guyenne. Souvent désigné sous le nom Louis Carreau dit Lafraîcheur, nous constatons une première présence de celui-ci en terre d’Amérique, le 20 août 1646, à Trois-Rivières.

Jeanne Lerouge, la mère de Marie, est la fille de Pierre et de Marguerite Joly, de Joinville, une commune de Champagne. Louis et Jeanne se rencontrent en Nouvelle-France et convolent en justes noces à Québec, le 30 avril 1654. Le père Jérôme Lalemant préside la cérémonie dans la chapelle du Collège des Jésuites. Un contrat de mariage avait été enregistré chez le notaire Andouart le 18 mars.

Acte de mariage de Louys Carreau et Jeanne le rouge – 30 avril 1654 – texte suivi de la transcription de René Beloin, membre 412 :

acte_mariage« Le 30 Avril 1654, apres publication faite de trois bancs le 6. e 7e Avril et le 12. ensuivant, ne s’estant trouvé aucun empeschemt légitime Je Hierosme Lalemant faisant fonction de Curé en cette Paroisse ay Interrogé Louys Carreau dit la fraicheur fils d’André Careau e Jaquete Caussade de bordeaux; e Jeanne le rouge fille de Pierre le rouge e de Marguerite Joly de Ginville en Champagne lesquels ayant donné leur mutuel consentement par paroles de present ay solennellement mariés en ntre Chapelle du College de la Compie de Jesus en presence de tesmoins connus, le Sr Jobin Mre Cousturier e Pierre Soumande Mre Taillandier ».

Marie Carreau, née le 20 mars 1655, a été baptisée le lendemain à la paroisse Notre-Dame de la Conception de Québec, maintenant paroisse Notre-Dame de Québec, par le père jésuite Jérôme Lalemant (comme indiqué par le « b » de la colonne naissance).

Acte de baptême de Marie Carreau – 21 mars 1655 – texte suivi de la transcription de René Beloin, membre 412 :

acte_bapteme

« L’an de grace 1655 le 21 de mars par moy Hierosme Lalemant faisant fonction de Curé en cette paroisse de notre Dame de la Conception a Quebek a esté baptisée un Enfant femelle née le Jour d’auparavant du mariage de Louys Carreau dit la frescheur & de Jeanne le rouge qui a esté nommée Marie. Ses parrains ont esté le SJean bourdon & Marie favery veuve de feu Sr de repentigny en presence de Joseph Marsolet & autres. »

Nos recherches actuelles nous indiquent que Marie est l’aînée d’une famille de huit enfants, dont cinq ont atteint l’âge adulte. Voici sa famille :

Microsoft Word - Capsule 03 Filiation et naissance de nos anctr

La famille Carreau s’établit à l’Ange-Gardien le 11 septembre 1665 sur la terre no 1, la première terre à l’est du Sault de Montmorency, connu maintenant sous le nom de Chutes Montmorency. C’est dans cet environnement qu’Emeri Bellouin fera la connaissance de Marie.

Qui est Emeri Bellouin? 

Emeri Bellouin a été baptisé le 26 avril 1640 à la paroisse Saint-Pierre d’Étusson, petite commune du nord du Poitou. C’est l’un des 815 émigrants poitevins à tenter l’aventure sur le nouveau continent. Des trois émigrants connus du même patronyme Blouin/Bellouin, il semble le seul à avoir laissé une descendance (1).

Malgré nos contacts avec une chercheure du Poitou, nous n’avons que des informations minimales sur sa famille. Par les archives départementales des Deux-Sèvres, nous apprenons le nom de deux de ses frères : Pierre, baptisé le 3 août 1635 et Jehan, le 31 mai 1638 dans la même paroisse de Saint-Pierre d’Étusson. Ses parents sont André Bellouin et Françoise Touzelet.

Fait étonnant : à la rédaction de son contrat de mariage, notre ancêtre informe le notaire Paul Vachon que sa mère s’appelle Françoise Bounin. Qui est-elle? Pourrait-il s’agir de la deuxième épouse d’André Bellouin; en fait, la femme qui a élevé les enfants? Ou encore notre ancêtre a nommé sa mère Françoise Bellouin et le notaire a saisi Françoise Bounin. Deux hypothèses de recherche à explorer.

Acte de baptême d’Emeri Beglouin – 26 avril 1640 texte suivi de la transcription de feu M. Jean Blouin, membre 27 :

acte_emeri

« Le vingt sixiesme Jour du mois d avril mil six cens quarante a este Baptise Emeri fils de andre Beglouin et de fransoize touzelet sa femme et a este parain Emeri Egreteau et maraine Clode touselet. E Rethore ».

À cette date, ce sont les renseignements connus. Souhaitons que les futures recherches apportent de nouvelles informations.


1. Outre notre ancêtre Emeri Bellouin, le père rédemptoriste Gérard Lebel, auteur de la série « Nos Ancêtres », cite deux Blouin qui ont aussi émigré en Nouvelle-France. Il y a d’abord François, un matelot bien réputé, qui, au tout début de l’année 1676, est l’employé de Bertrand Chenay, sieur de La Garenne. Au printemps 1678, il passe au service de Louis Jolliet qui fait la traite des fourrures dans la région de Sept-Îles. On perd sa trace au début des années 1680, son nom ne figure pas dans les registres. Le deuxième Blouin dont il est question est Jean-Baptiste Beloin, fils d’André Blouin et de Jeanne Bonnelle, de la ville de Montpellier, qui, le 29 septembre 1760 à Trois-Rivières, épouse Lise Bernier, la fille d’Antoine Bernier et de Lise Constant. En 1761, naissance d’une fille connue sous le prénom de Marie-Louise; elle ne vécut que l’espace d’une dizaine de jours. C’est tout ce que nous connaissons de cette famille.

Le père Lebel, auteur de 19 recueils de biographies d’ancêtres, a écrit plus de 350 biographies entre 1981 et 1996. La recherche sur notre ancêtre a été publiée dans le cahier XV (15) aux pages 19 à 28.

Dernière version : 2015-05