Nos patronymes

En 2014, quels sont les patronymes courants associés à notre grande famille? 

L’ancêtre Emeri Bellouin arrive en Nouvelle-France et établit sa famille à Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans. Comme il ne savait pas écrire, les scripteurs du temps inscrivent son nom selon la résonnance phonétique, leur connaissance et leur compréhension. Rappelons les divers patronymes tels qu’écrits par les curés au baptême de ses enfants: Belloin, Bloin, Belouyn, Beloüin, Bellouin, Belloüin, Bloing, Beloing, Bellouin dit La Violette, Bellouin dit Laviolette, Belloüin dit Laviolette, Blouin, Bloüin. Toutes ces variables n’ont pas survécu au temps car depuis les années 1850, il y a une standardisation établissant une écriture officielle des patronymes.

Selon les influences sociales régionales, le patronyme Bellouin est devenu Blouin, Belouin, Beloin et Bellware. Notre climat nordique a sûrement influencé la prononciation, provocant contraction et variantes. Sans oublier l’influence importante des notables (curés, notaires, inspecteurs d’école, religieux) de chaque région.

Aujourd’hui, nous sommes en mesure de tracer le portrait de l’utilisation de nos patronymes les plus répandus, au Québec, au Canada, en France et aux États-Unis.

Blouin 

Le patronyme Blouin est le plus utilisé de nos jours, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Sa première écriture date du 8 janvier 1671 quand l’abbé Morel baptise l’aînée d’Emeri sous « Marie Françoise bloüin ». Le 4 décembre 1693, son douzième enfant sera baptisée « geneviefve Bloüin » par l’abbé Hérault.

C’est à la troisième génération que la dénomination de « bloüin » devient le plus régulièrement utilisée, sans toutefois en conserver l’exclusivité. Selon les régions, l’influence des notables se fait sentir. Blouin devient alors plus courant et s’implante majoritairement dans la région de Québec.

Beloin & Belouin 

C’est le patronyme phonétiquement le plus près du nom de l’ancêtre Emeri Bellouin. Fréquemment utilisé au début, l’écriture prend diverses variantes comme Beloin, Belouin ou Beloint. M. Georges-Henri Blouin, le boulanger de Sainte-Famille, m’a raconté la présence de familles Beloin à l’Île d’Orléans du temps de sa jeunesse et du hameau Beloin. Très présent dans la région de Sainte-Anne-de-Beaupré jusqu’en 1850, le patronyme y disparait graduellement.

Transplanté dans la région de Napierville par notre ancêtre Jean et son frère Jérôme

(6e génération), le patronyme Belouin y a été conservé ainsi que par quelques descendants aux États-Unis. En Estrie, une famille le conserve également. Par ailleurs, en Estrie et aux États-Unis, les descendants de Jean sont toujours majoritairement Beloin, quelques familles ayant toutefois changé pour la dénomination de Blouin.

Bellware

C’est la prononciation américaine de Beloin. Quand les frères Jean-Henri et Louis Napoléon ont laissé leurs parents François-Xavier Belouin et Marguerite Duquette à Trois-Rivières et se sont engagés dans l’armée américaine, ils sont devenus des Bellware. Et depuis les années 1860, il y a des familles Bellware au Canada et dans plusieurs états américains.

D’autres patronymes?

A notre connaissance, il n’y a pas d’autres patronymes utilisés à l’heure actuelle. Mais peut-être en ferons-nous la découverte…