Recherches généalogiques

Recherches généalogiques : comment faire?

Wikipédia définit la généalogie comme suit :

« La généalogie est la pratique qui a pour objet la recherche de l’origine et de la filiation des personnes
et des familles. »

Comme nous sommes majoritairement européens, nous pouvons espérer découvrir notre ascendance jusqu’au XVIIe siècle. Vous voulez identifier vos ancêtres, c’est de la généalogie ascendante. C’est un bon début et vous avez les informations pour aller plus loin. Ensuite, vous pouvez compléter les descendants de chaque individu, c’est la généalogie descendante. Un travail plus complexe.

L’arbre généalogique

L’arbre généalogique, c’est une représentation des ancêtres et/ou des descendants d’un individu ou d’un couple. On note les informations minimales pour une recherche plus approfondie : date et lieu de naissance, date et lieu de mariage, date et lieu de décès et sépulture. Le plus simple à réaliser : l’arbre à la verticale. Ensuite, on prépare une recherche plus complète en choisissant le design qui nous convient, soit la roue ou le paon.

Après la lignée paternelle, on prépare une lignée maternelle. Cette dernière inclut la mère d’un individu et tous les ancêtres mâles de celle-ci et leur conjoint. Pour rendre justice à nos mères, plusieurs présentent la lignée utérine, c’est-à-dire par l’épouse de chaque couple.

Les ressources disponibles

Au départ, il faut faire le tour des éminences grises de la famille et recueillir toutes les informations orales disponibles, recueillir les vieilles photos, les vieux bouts de papier. Il faut questionner car les personnes âgées ne dévoilent pas nécessairement des informations si on ne pose pas la bonne question. Profitons de leur richesse.

Ensuite, dirigeons nous à la Société de généalogie de notre région. Dans toutes les régions du Québec, du Canada, des États-Unis et en France, des bénévoles compétents et curieux se font un plaisir de nous guider vers les bonnes ressources. L’endroit privilégié pour une cueillette de données fructueuse. Ne négligeons pas la richesse des archives gouvernementales, un bureau des Archives nationales du Québec dans chaque région administrative.

Toutes les informations recueillies doivent être filtrées par la consultation des actes originaux de baptêmes, de mariages, de sépultures. Les registres d’état civil sont maintenant disponibles sur Internet moyennant un abonnement aux sites de généalogie comme IGD (Institut généalogique Drouin), Ancestry, BMS 2000, etc… La lecture des actes originaux permet de corriger ou compléter des informations orales transmises de génération en génération. Les actes et les contrats ne mentent pas et nous pistent sur des informations insoupçonnées et de belles signatures.

La générosité des généalogistes quant aux échanges d’information, c’est une règle d’or. Vous êtes bloqué dans vos recherches, un passionné saura vous aiguillonner dans vos travaux.

Formation de base

Les sociétés de généalogie présentent un cours de base sur la façon de faire des recherches ainsi que les outils actuels disponibles. Une multitude de ressources nous sont proposées. Et certains logiciels permettent d’entrer nos données familiales et les présenter en tableau (ex. Brother’s Keeper 6). On peut même se procurer un logiciel pour publier un livre de généalogie de grande qualité, GenoPresse étant un bon exemple. Bien sûr, nos connaissances historiques servent à nous faire comprendre les faits et gestes de nos ancêtres, mais aussi à nous donner une meilleure connaissance et un regard plus éclairé sur l’histoire. Exemples de recherches généalogiques : Les deux pages suivantes vous proposent deux exemples de recherches généalogiques faciles à réaliser qui serviront de modèles de base à vos propres projets. Ces deux exemples réfèrent bien sûr à ma famille, mais en même temps, à la démarche à suivre :

  1. Mon arbre généalogique : la lignée paternelle ascendante de mes parents
  2. Charte familiale de mes grands-parents paternels.

Bonne recherche!

arbre_genealogique

charte_familiale