Vie religieuse

Hommage à l’abbé Jean-Baptiste Blouin 1833-1899

L’abbé Jean-Baptiste Blouin est enseveli dans l’église de Saint-Jean? Le saviez-vous?

Photo prise en 1870 et conservée à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec, BAnQ.

Illustre citoyen originaire de Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans, Jean-Baptiste est l’aîné des 11 enfants de Jean Blouin et Esther Gosselin. Né le 10 novembre 1833, son parrain René Blouin, son grand-père paternel, et Madeleine Coulombe, sa grand-mère maternelle, le conduisent au baptême le lendemain.

Selon les notes recueillies dans les livres de la fabrique, il a été ordonné prêtre le 8 février 1857 probablement dans sa paroisse natale. De 1871 à 1875, il exerce son ministère à Sainte-Anne-de-Beaupré. Sainte-Hélène-de-Kamouraska bénéficie de son animation spirituelle jusqu’à sa retraite dans son alma mater en 1890. Qui de mieux choisi par le curé André Pelletier pour bénir la statue de Saint-Jean-Baptiste aux Vêpres de 1884? Grâce aux prêches de l’abbé Jean-Baptiste, « L’Église est encombrée de monde, … Le tout fait une fête splendide pour la paroisse qui la goûte beaucoup… », selon les mots du curé.

Son rôle de pasteur, il l’exerce aussi dans sa famille. Il préside les funérailles de son père le 27 juillet 1864 et celles de sa mère le 30 juin 1893. Au nombre de confrères qui accompagnent notre abbé Jean-Baptiste, le maître cordonnier et son épouse baignent dans les prières éternelles. Il célèbre également le mariage de son frère Hubert avec Anna Lachance le 10 janvier 1865.

Il veille sur nous sous le chœur

Le 5 octobre 1899, âgé de 66 ans, son cœur s’éteint. Et le 10 octobre, l’église de Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans accueille parents, paroissiens et amis pour un dernier hommage à ce noble fils, fierté de la famille et de toute la communauté. Reposant en paix sous le chœur du côté de l’épître, il nous assure sa bienveillante protection.

Dans un prochain texte, nous présenterons d’autres Blouin ayant choisi la vie religieuse, dont son cousin l’abbé François-Adelme Blouin.

Jean-Baptiste (6e) à Jean & Esther (5e) à René & Geneviève (4e) à René & Marie-Josephte (3e) à Gabriel & Catherine (2e) à Emeri & Marie (1re)

Références :
Un visage de l’Île d’Orléans Saint-Jean, Raymond Létourneau, 1979, pages 101 et 356